| |

ÉCOLOGIE - Les roseaux sauvages, coupés lors de l’entretien des roselières, constituent un isolant 100% naturel et très efficace avec le système mis au point par RizHome.

Le roseau ne sert pas qu’à construire des toits en chaume sur des maisons traditionnelles ! Grâce à l’entreprise bretonne RizHome, cette plante qui s’épanouit dans les marais se retrouvera bientôt dans les murs de nos maisons, pour nous protéger du froid.

Une premier bâtiment de démonstration, de 160 m2 habitables, a vu le jour en 2015 à Saint-Nolff, dans le Morbihan. À l’intérieur de l’ossature en bois, des caissons en bois remplis de roseaux broyés. Quant aux façades, elles sont recouvertes d’un bardage aux propriétés isolantes : des tiges de roseaux.

La maison de démonstration construite par Rizhome.

La maison de démonstration construite par Rizhome. © Fred Piau / FFB

Lorsqu’elles sont associées, ces deux solutions donnent une habitation passive, tellement bien isolée qu’il n’y a presque plus besoin de chauffage pour maintenir une température agréable à l’intérieur.

“Le roseau est un matériau isolant très performant, explique Mireille Avril, la fondatrice de RizHome. De plus, il laisse migrer l’humidité et ne la bloque pas à l’intérieur des murs

Une roselière et les caissons isolants en roseaux.

Une roselière et les caissons isolants en roseaux. © RizHome

Protéger les roselières en valorisant les roseaux coupés

L’entrepreneuse en est certaine : cet isolant 100% naturel et respectueux de l’environnement pourrait se généraliser. Pas besoin de planter des roseaux ni d’empiéter sur les terres agricoles pour cela.

La France compte en effet 46 000 hectares de roseaux, qui doivent être coupés régulièrement. “Sinon leurs feuilles tombent, ce qui assèche le sol et d’autres végétaux prennent leur place”, développe Mireille Avril. Or, les roselières protègent les rives de l’érosion, participent à l’épuration de l’eau et abritent de nombreuses espèces animales.

“Les roselières sont entretenues dans les parcs naturels régionaux mais la biomasse n’est pas valorisée, elle est utilisée comme litière dans les élevages ou bien brûlée”, poursuit-elle. “Nous, nous la voyons comme une ressource et non pas un déchet

Une ressource qui se renouvelle très rapidement, puisqu’un roseau repousse en un an seulement.

Détail d'une façade en roseau.

Détail d'une façade en roseau. © Fred Piau / FFB

Un isolant réutilisable lorsque l’on démonte la maison

Le projet de RizHome aura un impact positif sur l’environnement à plus d’un titre, annonce sa fondatrice. Les maisons en bois isolées de cette façon pourraient être démontées, les caissons isolants réutilisés sur une autre maison, et les roseaux sur les façades broyés pour faire du paillage horticole.

“La solution actuelle coûte 300 euros le m2, pour l’isolant et le bardage, révèle Mireille Avril. Cela n’est pas plus coûteux que d’autres matériaux, pour une performance supérieure, et l’on peut optimiser le processus de fabrication

Son entreprise va donc travailler à organiser la filière de collecte et de production de ce nouvel isolant biosourcé. Et pour cela, les idées ne manquent pas, du développement d’une machine de coupe respectueuse de l’environnement, à la mise au point de caissons isolants qui pourraient se fixer sur des parpaings.

Dans quelques années, nous pourrons peut-être rénover nos maisons si mal isolées avec des roseaux !